Une initative de
Marie de Nazareth

Fuite d’Hesbon et rencontre d’un marchand de Pétra

lundi 24 septembre 29
vers le Nébo

Vision de Maria Valtorta

       499.1 Je ne vois pas la ville d’Hesbon. Jésus et ses disciples en sortent déjà et, à voir les visages des apôtres, je comprends que ce fut une déception. Ils sont suivis, ou plutôt poursuivis, à la distance de quelques mètres par une foule vociférante et menaçante…

       « Ces lieux qui entourent la mer Salée sont maudits comme la mer elle-même, dit Pierre.

       – Quel endroit ! Rien n’a changé depuis l’époque de Moïse, et tu es trop bon de ne pas le punir comme il le fut alors. Mais il le mériterait bien, et il faudrait en venir à bout par les puissances du Ciel ou par celles de la Terre. Tous, jusqu’au dernier homme et la dernière localité, lance Nathanaël, visiblement irrité.

       Une lueur de mépris passe dans ses yeux profonds. La race hébraïque ressort fortement chez cet apôtre maigre et âgé, et ce sentiment de dédain le fait ressembler fortement aux nombreux rabbis et pharisiens qui s’opposent toujours à Jésus.

       Jésus se retourne et lève la main pour dire :

       « Paix ! Paix ! Ils seront eux aussi attirés à la Vérité. Mais il nous faut faire preuve de paix et de compassion. Nous ne sommes jamais venus ici, ils ne nous connaissent pas. D’autres endroits furent ainsi la première fois, mais ils ont changés par la suite.

       – Ces lieux sont comme Massada : des repaires de vendus ! Retournons au Jourdain » insiste Pierre.

       Mais Jésus poursuit sa marche sur la route milliaire qu’il vient de reprendre, en direction du sud. Les habitants les plus enflammés contre lui ne cessent de le talonner, en attirant l’attention des voyageurs.

       499.2 Un homme — un riche marchand, je suppose, ou du moins quelqu’un qui est au service d’un marchand — conduit une longue caravane en route vers le nord. Stupéfait, il les observe, et arrête son chameau. Tous les autres font de même.

       Il regarde Jésus, il regarde les apôtres, désarmés et d’un aspect si bienveillant ; il regarde ces gens qui arrivent en criant et en menaçant et, curieux, il les interpelle. Je n’entend pas ses paroles mais les cris qui lui répondent :

       « C’est le Nazaréen maudit, le fou, le possédé. Nous ne voulons pas de lui dans nos murs ! »

       Le marchand n’en écoute pas plus. Il fait faire demi-tour à son chameau, crie quelque chose à un homme qui le suivait de près, et aiguillonne l’animal qui, en quelques foulées, rejoint les apôtres.

       « Au nom de votre Dieu, lequel d’entre vous est Jésus le Nazaréen ? demande-t-il au dernier petit groupe de disciples, composé de Matthieu, Philippe, Simon le Zélote et Isaac.

       – Pourquoi veux-tu savoir cela ? Viens-tu l’importuner, toi aussi ? Ses compatriotes n’y suffisent-ils pas ? Toi aussi tu t’y mets ? dit Philippe, très irrité.

       – Je vaux mieux qu’eux, et je demande une grâce. Ne me repoussez pas. Je vous la demande au nom de votre Dieu. »

       Il y a dans la voix de l’homme quelque chose qui persuade les quatre disciples, et Simon répond :

       « C’est le premier de tous, à l’avant, avec les deux plus jeunes. »

       L’homme éperonne de nouveau sa monture car Jésus, qui était déjà en tête, a encore avancé durant ce bref dialogue, qu’il ignore.

       499.3 « Seigneur !… Ecoute un malheureux… » dit-il en le rejoignant.

       Etonnés, Jésus, Jean et Marziam se retournent.

       « Que veux-tu ?

       – Je suis de Pétra, Seigneur. Je transporte pour le compte d’autrui des marchandises venant de la mer Rouge, jusqu’à Damas. Je ne suis pas pauvre, mais c’est comme si je l’étais. J’ai deux enfants, Seigneur, et le mal les a pris aux yeux : ils sont aveugles, l’un tout à fait — le premier à avoir été pris par la maladie —, l’autre presque aveugle, et il le sera bientôt complètement. Les médecins ne font pas de miracles, mais toi, oui.

       – Comment le sais-tu ?

       – J’ai, parmi mes connaissances, un riche marchand qui te connaît. Il arrive qu’il fasse escale dans mon entrepôt, et je suis quelquefois à son service. A la vue de mes enfants, il m’a dit : “ Seul Jésus de Nazareth pourrait les guérir. Pars à sa recherche. ” Je l’aurais bien fait, mais j’ai peu de temps et je dois suivre les routes les plus indiquées.

       – Quand as-tu vu Alexandre ?

       – Entre vos deux fêtes de printemps. Depuis lors, j’ai fait deux autres voyages, mais je ne suis jamais tombé sur toi. Seigneur, aie pitié !

       – Homme, je ne puis descendre à Pétra, et toi, tu ne peux pas quitter la caravane…

       – Si, c’est possible. Arisa est un homme de confiance. Je l’envoie en avant : il ira lentement. Moi, je vole à Pétra. J’ai un chameau plus rapide que le vent du désert et plus agile qu’une gazelle. Je prends les enfants et un autre serviteur fidèle. Je te rejoins, tu les guéris… Ah ! si la lumière éclairait les étoiles noires de leurs yeux, maintenant couverts d’un nuage épais ! Et je poursuivrai ma route tandis qu’eux retourneront chez leur mère. Je vois que tu continues, Seigneur. Où te diriges-tu ?

       – J’allais à Debon…

       – N’y va pas. Elle est pleine de… de ceux de Machéronte. Ce sont des endroits maudits, Seigneur. Ne te soustrais pas aux malheureux, Seigneur, pour être présent auprès des impies.

       – C’est bien ce que je disais » bougonne Barthélemy dans sa barbe.

       Plusieurs lui donnent raison. 499.4 Ils sont maintenant tous groupés autour de Jésus et de l’homme de Pétra. Les habitants d’Hesbon, au contraire, voyant que la caravane paraît bienveillante pour le Persécuté, rebroussent chemin. La caravane, à l’arrêt, attend l’issue et la décision.

       « Homme, si je ne vais pas vers les villes du midi, je retourne vers le septentrion. Et il n’est pas dit que je t’écoute.

       – Je sais que je suis abject pour vous, habitants d’Israël. Je suis incirconcis, je ne mérite pas que l’on m’écoute. Mais toi, tu es le Roi du monde, et nous sommes, nous aussi dans le monde …

       – Ce n’est pas cela. C’est… Comment peux-tu croire que je fasse, moi, ce que les médecins n’ont pu accomplir ?

       – Parce que tu es le Messie de Dieu et que ce sont des hommes. Tu es le Fils de Dieu. C’est Misace qui me l’a dit, et je le crois. Tu peux tout, même pour un pauvre homme comme moi. »

       La réponse est pleine d’assurance, et l’homme la complète en se laissant glisser à terre, sans même faire agenouiller le chameau, et en se prosternant de tout son long dans la poussière.

       « Ta foi est plus grande que celle de beaucoup. Va ! Tu sais où est le mont Nébo ?

       – Oui, Seigneur. C’est cette montagne. Nous aussi, nous con­naissons Moïse. Il est grand, trop grand pour que nous l’ignorions, mais toi, tu es plus grand encore. Il y a autant de différence entre Moïse et toi qu’entre un rocher et une montagne.

       – Va à Pétra. Moi, je t’attendrai sur le mont Nébo…

       – Il y a un village au pied pour les visiteurs. On y trouve des auberges… J’y serai d’ici dix jours au plus. Je forcerai la bête, et si Celui qui t’envoie me protège, je ne rencontrerai pas de tempête.

       – Va ! Et reviens le plus tôt possible. Je dois aller ailleurs…

       – Seigneur ! Moi… je ne suis pas circoncis. Ma bénédiction est pour toi un opprobre. Mais celle d’un père n’est jamais un opprobre. Je te bénis, et je m’en vais. »

       Il prend un sifflet d’argent et siffle trois fois. L’homme qui est en tête de la caravane arrive au galop. Ils se parlent, se saluent. Puis l’homme retourne à la caravane qui se met en mouvement. L’autre remonte sur son chameau et part vers le sud, au galop. 499.5 Jésus et ses disciples se remettent en route.

       « Nous allons vraiment au mont Nébo ?

       – Oui, nous quitterons les villes pour les pentes des monts Abarim. Il y aura beaucoup de bergers. Nous saurons par eux quelle est la route du mont Nébo et eux apprendront de nous le chemin qui mène à la montagne de Dieu. Puis nous nous arrêterons quelques jours, comme nous l’avons fait sur les monts d’Arbel et près du mont Carit.

       – Oh ! Comme ce sera beau ! Et nous deviendrons meilleurs. Nous sommes toujours descendus de ces sommets plus forts et meilleurs, dit Jean.

       – Et tu nous parleras de tout ce que le mont Nébo rappelle. Mon Frère, te rappelles-tu, quand nous étions enfants, un jour où tu faisais Moïse bénissant Israël avant de mourir ? dit Jude.

       – Oui. Et ta Mère poussa un cri, en te voyant étendu, comme mort. Maintenant, nous y montons réellement, dit Jacques, fils d’Alphée.

       – Et tu béniras Israël. Tu es le vrai Chef du Peuple de Dieu ! s’écrie Nathanaël.

       – Mais tu n’y meurs pas. Tu ne meurs jamais, n’est-ce pas, Maître ? demande Judas avec un rire étrange.

       – Je mourrai et je ressusciterai comme il est dit. Beaucoup d’hommes mourront sans être morts, ce jour-là. Alors que les justes, même morts depuis des années, ressusciteront, des hommes vivant dans leur chair, mais à l’âme définitivement morte ce jour-là, ne ressusciteront pas. Attention à ne pas être de ceux-là.

       – Et toi, prends garde que l’on ne t’entende pas répéter que tu ressusciteras. Ils disent que c’est un blasphème, réplique Judas.

       – C’est pourtant vrai, et je l’affirme.

       – Quelle foi a cet homme ! Et ce Misace ! dit Simon le Zélote pour tenter de faire diversion.

       – Mais qui est Misace ? demandent ceux qui, l’année précédente, n’étaient pas du voyage en Transjordanie.

       Et ils s’éloignent en discourant de tout cela, tandis que Jésus reprend, avec Marziam et Jean, leur conversation interrompue précédemment.

Que vous propose Jésus aujourd’hui ?
Pour le savoir inscrivez vous à la Newsletter Jésus Aujourd’hui