Une initative de
Marie de Nazareth

Prophétie sur les futurs mystiques

mercredi 20 septembre 29
Jérusalem
James Tissot

Dans les évangiles : Lc 10,17-20.23-24

Luc 10,17-20 ; 23-24

Les soixante-douze disciples revinrent tout joyeux, en disant : « Seigneur, même les démons nous sont soumis en ton nom. » Jésus leur dit : « Je regardais Satan tomber du ciel comme l’éclair. Voici que je vous ai donné le pouvoir d’écraser serpents et scorpions, et sur toute la puissance de l’Ennemi : absolument rien ne pourra vous nuire. Toutefois, ne vous réjouissez pas parce que les esprits vous sont soumis ; mais réjouissez-vous parce que vos noms se trouvent inscrits dans les cieux. »

Puis il se tourna vers ses disciples et leur dit en particulier : « Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez ! Car, je vous le déclare : beaucoup de prophètes et de rois ont voulu voir ce que vous-mêmes voyez, et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez, et ne l’ont pas entendu. »

Vision de Maria Valtorta

       280.1 Au cours du long crépuscule d’une sereine journée d’oc­tobre, les soixante-douze disciples reviennent avec Elie, Joseph et Lévi. Fatigués, couverts de poussière, mais si heureux ! Les trois bergers sont heureux d’être désormais libres de servir le Maître. Heureux aussi d’être, après tant d’années de séparation, réunis à leurs compagnons d’autrefois. Les soixante-douze disciples sont heureux d’avoir bien rempli leur première mission. Les visages brillent davantage que les petites lampes qui éclairent les ca­banes construites pour ce nombreux groupe de pèlerins.

       Au milieu se trouve celle de Jésus et, dessous, Marie avec Marziam qui l’aide à préparer le souper. Les cabanes des apôtres s’élèvent tout autour. Marie, femme d’Alphée, est dans celle de Jacques et de Jude. Marie Salomé est dans celle de Jean et de Jacques, avec son mari ; dans celle d’à côté, il y a Suzanne avec son mari qui n’est pas apôtre, ni… officiellement disciple, mais qui doit avoir fait valoir son droit d’y rester, étant donné qu’il a permis à sa femme d’appartenir complètement à Jésus. Puis, autour, les cabanes des disciples, de ceux qui ont une famille et de ceux qui n’en ont pas. Ceux qui sont seuls – et ce sont les plus nombreux –, se réunissent avec un ou plusieurs compagnons. Jean d’En-Dor est avec le solitaire Hermastée, mais il a cherché à être le plus près possible de la cabane de Jésus, de sorte que Marziam va souvent le trouver, lui apportant une chose ou une autre ou le réjouissant par ses réflexions d’enfant intelligent, heureux d’être avec Jésus, Marie et Pierre, et à une fête.

       280.2 Après le souper, Jésus se dirige vers les pentes de l’oliveraie et les disciples le suivent en masse.

       Isolés du bruit et de la foule, et après avoir prié en commun, ils font à Jésus un récit plus circonstancié que celui qu’ils avaient pu faire auparavant au milieu des allées et venues.

       Ils sont étonnés et joyeux lorsqu’ils disent :

       « Sais-tu, Maître, que non seulement les malades, mais aussi les démons nous ont été soumis par la force de ton Nom ? Quelle affaire, Maître ! Nous, nous, de pauvres hommes, seulement parce que tu nous a envoyés, nous pouvions délivrer l’homme de la puissance redoutable d’un démon ! »

       Et ils racontent les nombreux cas de délivrance arrivés ça et là. Mais ils disent aussi, à propos d’un seul homme :

       « Ses parents, ou plutôt sa mère et les voisins, nous l’ont amené de force, mais le démon s’est moqué de nous : “ Je suis revenu ici, par sa volonté, après que Jésus de Nazareth m’avait chassé, et je ne le lâche plus parce qu’il m’aime bien plus que votre Maître et qu’il m’a recherché ” ; et d’un seul coup, avec une force indomptable, il a arraché l’homme à celui qui le tenait et l’a jeté en bas d’un escarpement. Nous avons couru voir s’il s’était cassé quelque chose. Mais non ! Il courait comme une jeune gazelle en disant des blasphèmes et des moqueries qui ne sont vraiment pas de cette terre… Sa mère nous a fait pitié. Mais lui ! Mais lui ! Ah ! Le démon peut-il agir ainsi ?

       – Il peut faire cela, et même davantage, répond Jésus tristement.

       – Peut-être que si tu avais été là…

       – Non. Je le lui avais dit : “ Va et n’aie pas la volonté de retomber dans ton péché. ” Il l’a voulu. Il savait qu’il voulait le mal et il l’a voulu. Il est perdu. Le cas d’un homme qui devient possédé par suite de son ignorance primitive est différent de celui qui se livre à la possession, sachant qu’en agissant ainsi il se vend de nouveau au démon. Mais ne parlez pas de lui. C’est un membre retranché, sans espoir. C’est un volontaire du Mal. Louons plutôt le Seigneur pour les victoires qu’il vous a données. Je connais le nom du coupable et je connais le nom de ceux qui sont sauvés. Je voyais Satan tomber du ciel comme l’éclair, grâce à vous et à mon Nom. Car j’ai vu aussi vos sacrifices, vos prières, l’amour avec lequel vous alliez vers les malheureux pour faire ce que je vous avais dit de faire. Vous avez agi avec amour, et Dieu vous a bénis. D’autres feront ce que vous faites, mais sans amour. Et ils n’obtiendront pas de conversions… Cependant, ne vous réjouissez pas d’avoir assujetti les esprits, mais réjouissez-vous de ce que vos noms soient écrits au Ciel. Ne les enlevez jamais de là…

       280.3 – Maître, demande un disciple dont j’ignore le nom, quand viendront ceux qui n’obtiendront pas de conversions ? Peut-être quand tu ne seras plus avec nous ?

       – Non, Agapo, en tout temps.

       – Comment ? Même pendant que tu nous instruis et que tu nous aimes ?

       – Même alors. Et, pour ce qui est d’aimer, je vous aimerai toujours, même si vous êtes loin de moi. Mon amour viendra toujours à vous et vous le sentirez.

       – Ah ! C’est vrai. Je l’ai éprouvé un soir que j’étais peiné parce que je ne savais que dire à quelqu’un qui m’interrogeait. J’allais m’enfuir honteusement, mais je me suis souvenu de tes paroles : “ N’ayez pas peur : les paroles à dire vous seront données au bon moment ” et je t’ai invoqué dans mon âme. J’ai dit : “ Jésus m’aime, c’est certain. J’appelle son amour à mon secours ” ; et l’amour m’est venu, comme un feu, une lumière… une force… L’homme qui était en face de moi m’observait et ricanait d’un air ironique, en faisant des clins d’œil à ses amis. Il était sûr de triompher dans la discussion. J’ai ouvert la bouche, et c’était comme un flot de paroles qui sortait joyeusement de ma bouche imbécile. Maître, es-tu réellement venu ou était-ce une illusion ? Moi, je ne sais pas. Je sais qu’à la fin l’homme – c’était un jeune scribe –, m’a jeté les bras au cou en me disant : “ bienheureux es-tu et bienheureux celui qui t’a conduit à cette sagesse ”, et il me semblait désireux de te chercher. Est-ce qu’il viendra ?

       – La pensée de l’homme est instable comme un mot écrit sur l’eau, et sa volonté est agitée comme l’aile d’une hirondelle qui volette à la recherche du dernier repas de la journée. Mais toi, prie pour lui… Eh oui ! C’est bien moi qui suis venu à toi. Et, comme toi, Mathias et Timon, Jean d’En-Dor et Simon, ainsi que Samuel et Jonas ont eu ma présence. Les uns m’ont remarqué, d’autres pas. Mais j’ai été avec vous. Et je serai avec celui qui me sert en amour et vérité, jusqu’à la fin des siècles.

       280.4 – Maître, tu ne nous as pas encore dit si, parmi ceux qui sont présents, il y aura des personnes sans amour…

       – Il n’est pas nécessaire de le savoir. Ce serait un manque d’amour de ma part de laisser entendre qu’un compagnon ne sait pas aimer.

       – Mais y en a-t-il ? Cela, tu peux le dire…

       – Il y en a. L’amour est le sentiment le plus simple, le plus doux et le plus rare qui soit. Et même s’il est semé, il ne pousse pas toujours.

       – Mais, si nous ne t’aimons pas, nous, qui peut t’aimer ? »

       Il y a, pour ainsi dire, de l’indignation parmi les apôtres et les disciples qu’agitent le soupçon et la douleur.

       Jésus baisse les yeux. Il cache même son regard pour ne pas donner d’indication. Mais il fait ce geste plein de résignation, de douceur et de tristesse des mains qui s’ouvrent avec les paumes en dehors, son geste d’aveu résigné, de constatation résignée, et il dit :

       « Il devrait en être ainsi. Mais il n’en est pas ainsi. Beaucoup encore ne se connaissent pas, mais moi, je les connais et j’en ai pitié.

       – Oh, Maître, Maître ! Ce ne sera pas moi, hein ? » demande Pierre qui court tout près de Jésus, écrase le pauvre Marziam entre le Maître et lui, et jette ses bras courts et musclés sur les épaules de Jésus, qu’il saisit et secoue, fou de terreur d’être quelqu’un qui n’aime pas Jésus.

       Jésus rouvre des yeux lumineux et pourtant tristes, et regarde le visage interrogateur et effrayé de Pierre et il lui dit :

       « Non, Simon. Ce n’est pas toi. Tu sais aimer et tu sauras toujours mieux aimer. Tu es ma Pierre, Simon, une bonne pierre. C’est sur elle que j’appuierai ce qui m’est le plus cher, et je suis certain que tu le soutiendras sans con­naître le trouble.

       – Moi, alors ?

       – Moi ?

       – Moi ? »

       Les questions se répètent comme un écho de bouche en bouche.

       « Paix ! Paix ! Restez tranquilles, et efforcez-vous de posséder tous l’amour.

       280.5 – Mais qui de nous sait aimer le plus ? »

       Jésus pose les yeux sur chacun tour à tour : c’est une vraie caresse souriante… puis il baisse les yeux sur Marziam, toujours serré entre Pierre et lui ; il écarte un peu Pierre, tourne le visage de l’enfant vers la petite foule, et dit :

       « Voilà celui qui sait le mieux aimer parmi vous : l’enfant. Mais ne tremblez pas, vous qui avez déjà de la barbe sur les joues et même des fils d’argent dans les cheveux. Quiconque renaît en moi redevient “ un enfant ”. Oh ! Allez en paix ! Proclamez les louanges de Dieu qui vous a appelés car vous voyez réellement de vos yeux les prodiges du Seigneur. Bienheureux ceux qui verront également ce que vous voyez. Car je vous l’assure, beaucoup de prophètes et de rois ont désiré ardemment voir ce que vous voyez et ne l’ont pas vu, beaucoup de patriarches auraient voulu savoir ce que vous savez et ne l’ont pas su, et beaucoup de justes auraient voulu entendre ce que vous entendez et n’ont pas pu l’entendre. Mais désormais ceux qui m’aimeront connaîtront toutes choses.

       – Et ensuite ? Quand tu t’en seras allé, comme tu dis ?

       – Ensuite c’est vous qui parlerez pour moi. Et puis… Ah ! Les grandes foules – pas pour le nombre mais pour la grâce – de ceux qui verront, sauront et entendront, ce que maintenant vous voyez, savez, entendez ! Ah ! Les grandes armées bien-aimées de mes “ grands-petits ” ! Yeux éternels, esprits éternels, oreilles éternelles ! Comment puis-je vous expliquer, à vous qui m’entourez, ce que sera la vie éternelle, plus qu’éternelle, sans mesure, de ceux qui m’aimeront et que j’aimerai jusqu’à abolir le temps ? Ils seront “ les citoyens d’Israël ” même s’ils vivent quand Israël ne sera plus qu’un souvenir de nation et ils seront les contemporains de Jésus vivant en Israël. Et ils seront avec moi, en moi, jusqu’à connaître ce que le temps a effacé et ce que l’orgueil a confondu. Quel nom leur donnerai-je ? Vous, les apôtres, vous les disciples, les croyants seront appelés “ chrétiens ”. Et ceux-ci ? Quel nom porteront-ils ? Un nom qui ne sera connu qu’au Ciel. Quelle récompense auront-ils dès cette terre ? Mon baiser, ma parole, la tiédeur de ma chair. Tout, tout, tout moi-même. Moi, eux. Eux, moi. La communion totale…

       Allez. Moi, je reste à me délecter l’esprit dans la contemplation de ceux qui, à l’avenir, me connaîtront et m’aimeront sans réserve. Que la paix soit avec vous. »

Que vous propose Jésus aujourd’hui ?
Pour le savoir inscrivez vous à la Newsletter Jésus Aujourd’hui