Une initative de
Marie de Nazareth

Leçon sur les sacrifices faits par amour

mardi 28 novembre 28
Nazareth

Vision de Maria Valtorta

       311.1 Je ne sais s’il s’agit du même jour, mais je le suppose à cause de la présence de Pierre à la table de famille de Nazareth. Le repas est presque fini et Syntica se lève pour mettre sur la table des pommes, des noix, du raisin et des amandes qui terminent le dîner, car c’est le soir et les lampes sont déjà allumées.

       C’est sur les lampes justement que roule la conversation pendant que Syntica apporte les fruits. Pierre dit :

       « Cette année, nous allons en allumer une de plus, et ensuite toujours une de plus, pour toi, mon fils. Car nous voulons, nous, l’allumer pour toi, même si tu es ici. C’est la première fois que nous l’allumons pour un enfant… »

       Simon s’émeut un peu en terminant :

       « C’est sûr que… si tu étais là, toi, ce serait plus beau…

       – L’an dernier, c’était moi, Simon, qui soupirais ainsi pour mon Fils si loin, et avec moi Marie, femme d’Alphée, et Salomé, et aussi Marie, femme de Simon, dans la maison de Kérioth, et la mère de Thomas…

       – Ah ! La mère de Judas ! Cette année, elle aura son fils… mais je ne crois pas qu’elle sera plus heureuse… N’y pensons pas… Nous étions chez Lazare. Que de lumières ! Cela ressemblait à un ciel d’or et de feu. Cette année, Lazare a sa sœur… Mais je peux bien dire qu’ils soupireront en pensant que tu n’es pas avec eux.

       311.2 Et l’année prochaine ? Où serons-nous ?

       – Moi, je serai très loin… » murmure Jean d’En-Dor.

       Pierre se tourne pour le regarder – car il est à côté de lui –, et il va l’interroger mais, heureusement, un coup d’œil de Jésus le fait s’arrêter à temps.

       Marziam demande :

       « Où seras-tu ?

       – Par la miséricorde du Seigneur, j’espère être dans le sein d’Abraham…

       – Oh ! Tu veux mourir ? Tu ne veux pas évangéliser ? Tu ne regrettes pas de mourir sans l’avoir fait ?

       – La parole du Seigneur doit sortir de lèvres saintes. C’est déjà beaucoup qu’il m’ait permis de l’entendre et de me racheter grâce à elle. Cela m’aurait plu… Mais c’est tard…

       – Et pourtant, tu évangéliseras. Tu l’as déjà fait, au point d’attirer l’attention sur toi. Pour cette raison, tu seras également appelé disciple évangélisateur, même si tu ne voyages pas en répandant la bonne Nouvelle, et tu obtiendras dans l’autre vie la récompense réservée à mes évangélisateurs.

       – Ta promesse me fait désirer la mort… Chaque minute de vie peut cacher un piège, et, faible comme je le suis, je ne pourrais peut-être pas l’éviter. Si Dieu m’accueille, satisfait de ce que j’ai accompli, n’est-ce pas une grande bonté qu’il faut bénir ?

       – En vérité, je te dis que la mort sera bonté suprême pour beaucoup de personnes qui connaîtront de cette façon jusqu’où l’homme devient démoniaque pour en arriver à un point où la paix les consolera de cette connaissance et la changera en louange parce qu’elle sera unie à l’inexprimable joie de la libération des limbes.

       – Et où serons-nous les années suivantes, Seigneur ? demande Simon le Zélote, attentif.

       – Là où il plaira à l’Eternel. Veux-tu connaître d’avance les temps éloignés alors que nous ne sommes pas sûrs du moment que nous vivons et s’il nous sera accordé de le finir ? Du reste, quel que soit le lieu où se passeront les futures Encénies, il sera toujours saint si vous y êtes pour accomplir la volonté de Dieu.

       – Vous y serez ? Et toi ? demande Pierre.

       – Moi, je serai toujours là où se trouveront ceux que j’aime. »

       Marie n’a pas dit un mot, mais ses yeux n’ont pas cessé un moment de scruter le visage de son Fils…

       311.3 Elle en est détournée par l’observation de Marziam, qui dit :

       « Pourquoi, Mère, n’as-tu pas mis sur la table les fouaces au miel ? Jésus les aime et elles feraient du bien à Jean pour sa gorge. D’ailleurs, mon père aussi les aime…

       – Et toi aussi, achève Pierre.

       – Pour moi… c’est comme si elles n’existaient pas. J’ai promis…

       – C’est précisément pour cette raison, mon chéri, que je ne les ai pas mises… » dit Marie en lui faisant une caresse – car Marziam se trouve entre Syntica et elle d’un côté de la table, alors que les quatre hommes sont du côté opposé.

       « Non, non. Tu peux les apporter à tout le monde. Et même, tu dois le faire et moi, je les donnerai à tout le monde. »

       Syntica prend une lampe, sort et revient avec les fouaces. Marziam saisit le plateau et en commence la distribution. Il tend la plus belle, bien dorée, levée comme celle d’un maître pâtissier, à Jésus. Une autre, presque aussi parfaite, à Marie. Puis c’est le tour de Pierre, de Simon, de Syntica. Mais pour la donner à Jean, l’enfant se lève et va auprès du vieux pédagogue malade :

       « Je te donne la tienne et la mienne, et en plus un baiser pour tout ce que tu m’enseignes. »

       Puis il revient à sa place, en posant résolument le plateau au milieu de la table et en croisant les bras.

       « Tu me fais avaler de travers ce délice » dit Pierre en voyant que Marziam n’en prend vraiment pas.

       Et il ajoute :

       « Un petit morceau, au moins. Tiens, de la mienne, seulement pour ne pas mourir d’envie. Tu souffres trop… Jésus te le permet.

       – Mais si je ne souffrais pas, je n’aurais pas de mérite, mon père. C’est bien parce que je savais que ça allait me faire souffrir que j’ai offert ce sacrifice… Et d’ailleurs… Je suis si content de l’avoir fait que j’ai l’impression d’être plein de miel. J’en sens le goût partout, il me semble le respirer avec l’air…

       – C’est parce que tu en meurs d’envie.

       – Non, c’est parce que je sais que Dieu me dit : “ Tu fais bien, mon fils. ”

       – Le Maître t’aurait fait plaisir, même sans ce sacrifice. Il t’aime tant !

       – Oui. Mais il n’est pas juste que, parce que je suis aimé, j’en profite. Il dit lui-même, du reste, que la récompense est grande au Ciel pour une simple coupe d’eau offerte en son nom. Je pense que, si elle est grande pour une coupe d’eau donnée à un autre en son nom, elle le sera aussi pour une fouace ou un peu de miel que l’on se refuse pour l’amour d’un frère. 311.4 Est-ce que j’ai tort, Maître ?

       – Tu parles avec sagesse. Je pouvais, en effet, t’accorder ce que tu me demandais pour la petite Rachel même sans ton sacrifice, car c’était une œuvre utile que mon cœur désirait. Mais c’est avec plus de joie que je l’ai fait, parce que j’étais aidé par toi. L’amour pour nos frères ne se borne pas à des solutions humaines limitées, mais il s’élève bien plus haut. Quand il est parfait, il touche le trône de Dieu et s’unit à son infinie charité et bonté. La communion des saints est précisément cette continuelle action, de même que Dieu agit continuellement et de toutes les façons pour venir en aide aux frères, que ce soit pour leurs besoins matériels ou spirituels, ou les deux à la fois comme c’est le cas pour Marziam qui, en obtenant la guérison de Rachel, la soulage de la maladie et en même temps apaise l’âme abattue de la vieille Jeanne, et allume, dans le cœur de tous les membres de cette famille, une confiance toujours plus grande dans le Seigneur. Une simple cuillerée de miel que l’on sacrifie, peut servir à ramener paix et espoir à un affligé, comme la fouace ou une autre nourriture, dont on s’est privé dans un but d’amour, peut obtenir un pain, miraculeusement offert, à un affamé éloigné et qui restera toujours un inconnu pour nous. De même, une parole de colère, même de juste colère, retenue par esprit de sacrifice, peut empêcher un crime lointain, comme de résister au désir de cueillir un fruit, par amour, peut servir à donner une pensée de regret à un voleur et ainsi empêcher un vol. Rien ne se perd dans l’économie sainte de l’amour universel : pas plus l’héroïque sacrifice d’un enfant devant un plat de fouaces que l’holocauste d’un martyr. Je vous dis même que l’holocauste d’un martyr a souvent pour origine l’éducation héroïque qui lui a été donnée dès l’enfance pour l’amour de Dieu et du prochain.

       311.5 – Alors il est vraiment utile que je fasse toujours des sacrifices pour le temps où nous serons persécutés, déclare Marziam avec conviction.

       – Persécutés ? demande Pierre.

       – Oui. Tu ne te rappelles pas que c’est lui qui l’a dit ? “ Vous serez persécutés à cause de moi. ” Toi, tu me l’as dit quand tu es venu pour la première fois seul, évangéliser à Bethsaïde, pendant l’été.

       – Il se souvient de tout, cet enfant » dit Pierre, plein d’admiration.

       Le dîner est terminé. Jésus se lève, prie pour tous et bénit. Ensuite, pendant que les femmes vont faire la vaisselle, Jésus se met avec les hommes dans un coin de la pièce et il taille un morceau de bois qui, sous le regard émerveillé de Marziam, devient une brebis…

Que vous propose Jésus aujourd’hui ?
Pour le savoir inscrivez vous à la Newsletter Jésus Aujourd’hui